❤CHRISTOPHER MEMIN❤ – BIOGRAPHIE

👉👉👉Article publié le 26 mai 2012

👉Source : La Charente Libre

Trapéziste, Christophe Memin a grandi à Soyaux. D’une passion pour les arts du cirque contractée dans son enfance charentaise, il a fait un métier qu’il pratique dans un célèbre cabaret parisien.

Christophe Memin a le corps d’un athlète de haut niveau, parfaitement musclé par des heures d’entraînement quotidien. Mais il garde les yeux et le sourire d’un enfant émerveillé d’appartenir à un monde magique: celui des artistes. Depuis 17 ans, 6 jours sur 7, sous le nom de Christopher, il offre au public du «Paradis Latin» à Paris, huit minutes d’une incroyable intensité.

Suspendu à son trapèze, il multiplie les figures acrobatiques et finit par effectuer un saut spectaculaire depuis dix mètres de hauteur, en donnant l’impression de voler et plonger vers les spectateurs.

Sa passion du spectacle est née à Soyaux. Des fenêtres du HLM familial donnant sur la place du Champ-de-Manoeuvre, il a passé des heures à observer le montage et le démontage des cirques de passage, des heures à traîner entre chapiteaux et caravanes à la rencontre des artistes. Tout en pratiquant gymnastique, danse, théâtre… et en inventant des spectacles de trapèze sur le portique de ses grands-parents, plusieurs fois brisé par ses acrobaties fougueuses. «Passe ton bac d’abord» lui disent ses parents. L’élève du lycée Guez-de-Balzac s’en acquitte en 1989. L’été, il repart en vacances avec le cirque Pinder Jean-Richard comme déjà les trois étés précédents, mais cette fois-ci, il y reste.

“C’est avec une émotion intacte qu’il évoque ce 20 septembre 1989 où le trapèze est devenu son métier, lui dont la famille est totalement étrangère au monde du spectacle. C’était à Saint-Palais près d’Orthez. Il dit avoir hésité avec une carrière de dompteur. Mais aux crocs des lions, il a préféré le vide. Même pas peur? Et bien si! Même après tant d’années de pratique, elle est toujours là. «Les trapézistes ne sont pas des kamikazes. On fait et refait des exercices pour maîtriser sa peur mais le pire danger c’est l’excès de confiance». Son talent reconnu lui a valu de passer deux fois à la télé, dans «Le Plus grand cabaret du monde» de Patrick Sébastien en 1999 et en 2007.

Une hauteur sous plafond de 17 mètres«Je ne connais pas d’autre cabaret au monde où un trapéziste effectue son numéro dans la salle, au-dessus des spectateurs», souligne le modeste Christopher avec un soupçon de fierté. Son numéro est sans conteste l’un des pics d’adrénaline de la revue «Paradis à la folie!» qui perpétue avec éclat l’esprit si parisien du cabaret.

Conçu par Gustave Eiffel, le «Paradis Latin» dispose d’une hauteur de plafond de 17 mètres côté salle, une configuration exceptionnelle sans laquelle ce moment de haut vol serait impossible. C’est entre les tables, à portée de mains des spectatrices (et spectateurs) que Christopher démarre son ascension vers le ciel du «Paradis Latin». Les jambes en équerre, à la force des mains et des bars, il monte presque en totalité la corde donnant accès à son perchoir céleste… sans jamais cesser de sourire. «C’est le moment que je préfère. Je vois les gens, leurs yeux. Ils peuvent comprendre la difficulté de l’exercice» avoue Christopher.

Le public? Christopher y pense sans cesse. Tout en se balançant, il observe les regards, mesure les réactions alternant entre admiration, enthousiasme, plaisir et peur. Avec l’esprit d’un chorégraphe, il veille justement à ce que son numéro ménage une variété d’émotions et il le fait évoluer régulièrement.

«La différence entre un trapéziste et un sportif de haut niveau, c’est qu’on n’est pas dans la recherche du toujours plus. Il y a un moment où l’on stabilise les exercices pour se concentrer sur leur enchaînement, sur le choix de la musique et du costume. On travaille pour faire plaisir aux gens».

Au «Paradis Latin», son numéro fait partie des traditions maison, au même titre que le french cancan et le final en blanc. Mais l’idée de routine lui est étrangère. La quarantaine passée, l’enthousiasme est toujours là, chevillé à un corps tendu et sensible qui réclame chaque soir sa dose de sensations aériennes enveloppées par les regards admiratifs du public.

👉Source : La Charente Libre


Décés de Christopher Mémin : 17 septembre 2021

Article : Une publication officielle du PARADIS LATIN annonce le décès de Christopher Memin.