Galerie photo et biographie de Joséphine Baker

BIOGRAPHIE

Freda Josephine McDonalddite Joséphine Baker1, est une chanteusedanseuseactricemeneuse de revue et résistante française d’origine américaine, née le 3 juin 1906 à Saint-Louis (Missouri) et morte le 12 avril 1975 dans le 13e arrondissement de Paris.

Vedette du music-hall et icône des Années folles, elle devient française en 1937, après son mariage avec Jean Lion. Elle joue pendant la Seconde Guerre mondiale un rôle important dans la résistance à l’occupant. Elle utilise ensuite sa grande popularité au service de la lutte contre le racisme et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le mouvement américain des droits civiques. Sur décision d’Emmanuel Macron, l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker est annoncée pour le 30 novembre 2021.

Jeunesse

Freda Josephine McDonald enfant.

Freda Josephine McDonald, appelée plus tard de son nom de scène Joséphine Baker, naît le 3 juin 1906, aux États-Unis, dans le Missouri, d’origine espagnoleafro-américaine et amérindienne2,3. Elle descendrait probablement d’Eddie Carson, musicien de rue itinérant aux origines espagnoles4. Artistes, ses parents ont monté ensemble un numéro de chant et de danse mais Eddie Carson abandonne sa famille en 19075. Carrie McDonald, sa compagne, se remarie avec un ouvrier, Arthur Martin, dont Joséphine prend le nom6.

La jeune fille passe une partie de son enfance à alterner l’école et les travaux domestiques pour des gens aisés chez qui sa mère l’envoie travailler7.

À cette époque, Joséphine Baker n’a d’autre choix que de contribuer, par son salaire, à faire vivre la fratrie dont elle est l’aînée ; la famille est très pauvre et s’est agrandie : Carrie et Arthur ont eu trois enfants — Richard, Margaret et Willie Mae — qu’il faut nourrir8. Joséphine quitte l’école en février 1920 pour se marier, comme le mentionnent les registres de l’établissement public qu’elle fréquente à Saint-Louis6. Alors âgée de 13 ans, elle continue à vivre dans la maison des Martin9 avec son mari Willie Wells.

Débuts au music-hall

Artiste de rue

Après la fin de son premier mariage, en 1920, Joséphine Baker, qui danse depuis qu’elle est toute petite10, rejoint un trio d’artistes de rue appelé le Jones Family Band, qui est ensuite intégré dans la troupe itinérante des Dixie Steppers9. C’est au moment où leur tournée s’arrête à Philadelphie que Joséphine fait la rencontre de Willie Baker, qu’elle épouse en 1921 et avec qui elle s’installe11. Pour gagner sa vie, elle danse au Standard Theater, où elle gagne 10 dollars par semaine12.Joséphine Baker photographiée dans les années 1920 par Henri Manuel.

Danseuse à Broadway

Mais Joséphine Baker voit grand, et l’envie de danser à Broadway la pousse, âgée d’à peine 16 ans, à quitter son second mari pour aller tenter sa chance à New York. Une fois sur place, elle met peu de temps à se présenter au music-hall de Broadway, sur la 63e rue, le Daly’s 63rd Street Theatre (en). Là, elle essuie plusieurs refus de la part du directeur avant d’enfin se voir offrir un rôle sommaire. Elle rejoint donc la troupe de la comédie musicale Shuffle Along, un spectacle populaire à la distribution entièrement noire. Au bout de deux ans de tournée, elle change d’allégeance et s’associe aux Chocolate Dandies, qu’elle quitte à leur tour pour entrer au Plantation Club, où elle fait la rencontre de Caroline Dudley Reagan. Cette mondaine, épouse de l’attaché commercial de l’ambassade américaine à Paris, Donald J. Reagan, voit en Joséphine Baker un grand potentiel. Elle lui offre donc un salaire de 250 dollars par semaine si celle-ci accepte de la suivre en France, où Reagan veut monter un spectacle dont Joséphine Baker sera la vedette et qui fera d’elle une star : la Revue nègre13.

Carrière française

Joséphine Baker et sa troupe embarquent pour la capitale française le 25 septembre 1925 sur le Berengaria14paquebot transatlantique effectuant la traversée New-York-Cherbourg. Peu de temps après son arrivée, les répétitions commencent. Le 2 octobre 192515, elle passe en première partie dans la Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées et fait rapidement salle comble. Quasiment nue, vêtue d’un simple pagne, elle danse le charleston, dans un décor de savane et au rythme des tambours. Elle y interprète un tableau baptisé La Danse sauvage16. « Il s’agit bien ici de se moquer des blancs et de leur manière de gérer les colonies car la France, bien que moins raciste que les Etats-Unis, a tout de même des progrès à faire concernant les gens de couleurs et leur insertion dans la société ! »17 Pour elle, ce voyage sera vécu comme une libération. Elle dira à ce sujet : « Un jour j’ai réalisé que j’habitais dans un pays où j’avais peur d’être noire. C’était un pays réservé aux Blancs. Il n’y avait pas de place pour les Noirs. J’étouffais aux États-Unis. Beaucoup d’entre nous sommes partis, pas parce que nous le voulions, mais parce que nous ne pouvions plus supporter ça… Je me suis sentie libérée à Paris »18

Joséphine, après plus d’une centaine de représentations en France et à l’étranger casse son contrat et accepte de signer, en 1927, pour la première fois avec le théâtre des Folies Bergère pour une revue où elle joue un des premiers rôles. Dans « La Folie du Jour », elle porte plumes roses et ceinture de bananes, visible aujourd’hui au Château des Milandes. Elle est accompagnée d’un guépard dont l’humeur fantasque terrorise l’orchestre et fait frémir le public. Cette même année, la jeune star se lance dans la chanson et, suivant les conseils de son nouvel impresario et amant, Giuseppe Abattino (dit « Pepito »), elle participe au film La Sirène des tropiques. Giuseppe ouvre le club « Chez Joséphine » et organise la tournée mondiale de la chanteuse en 1928.

Giuseppe Abattino était un tailleur de pierre originaire de Sicile. Il fut souvent qualifié de « gigolo ». Sa liaison avec Joséphine Baker durera dix ans, de 1926 à 193619. En plus d’être son impresario, il jouera le rôle de manager et sera son mentor pendant toute la période de son ascension.

Dans le même temps, elle devient l’égérie des cubistes qui vénèrent son style et ses formes, et suscite l’enthousiasme des Parisiens pour le jazz et les musiques noires. À cette époque, elle rencontre Georges Simenon, qu’elle engage comme secrétaire.

Actrice du mouvement de la Renaissance de Harlem

Article détaillé : Renaissance de Harlem.

La carrière de Joséphine Baker était intimement liée au mouvement de la Renaissance de Harlem dont elle fut une militante acharnée20. Mouvement d’abord littéraire qui a pris sa source à Harlem, le mouvement de renouveau de la culture afro-américaine, dans l’Entre-deux-guerres prônait l’émancipation des Noirs américains confrontés à la ségrégation raciale depuis l’abolition de l’esclavage en 1865. Il regroupait des intellectuels et écrivains comme Alain Locke ou Marcus Garvey, des mécènes tels qu’Arthur Schomburg surnommé le père de l’histoire noire américaine, des photographes et sculpteurs ainsi que des musiciens comme Louis ArmstrongDuke Ellington ou Fats Waller.

Les lieux emblématiques du mouvement de Renaissance de Harlem comptaient le Cotton Club ou le Apollo Theater21.

Danseuse vedette de la Revue nègre

Article détaillé : Revue nègre.Joséphine Baker par Jean Chassaing (affiche, 1931).

Après la Première Guerre mondiale, le regard porté sur les Noirs en France se modifie, et dans le Paris des années folles, l’esthétique nègre devient à la mode. En 1919 est ainsi organisée la première exposition d’art nègre22, un ensemble d’œuvres artistiques non occidentales, sources d’inspiration pour les Fauves et les Cubistes23, dès 1907, à travers le musée d’ethnographie du Trocadéro24.

Sur les conseils du peintre Fernand LégerAndré Daven, administrateur du théâtre des Champs-Élysées, décide de monter un spectacle entièrement exécuté par des Noirs : la Revue nègre. L’Américaine Caroline Dudley compose la troupe à New York, constituée de treize danseurs et douze musiciens, dont Sidney Bechet, et Joséphine Baker en devient la vedette parisienne25,26.

L’artiste Paul Colin réalise l’affiche de la revue, visible au musée national de l’histoire de l’immigration27 : « Joséphine Baker y apparaît dans une robe blanche ajustée, les poings sur les hanches, les cheveux courts et gominés, entre deux hommes noirs, l’un portant un chapeau incliné sur l’œil et un nœud papillon à carreaux, l’autre arborant un large sourire ». L’œuvre, à l’esthétique Art déco, un peu caricaturale dans ses traits, parvient néanmoins au moyen de ses déformations cubistes à rendre perceptible le rythme syncopé du jazz, d’apparition récente en France à l’époque25,26.

De nombreux artistes afro-américains séjournent alors en Europe, à l’instar des peintres Lois Mailou Jones ou Henry Ossawa Tanner, des sculpteurs Augusta Savage ou Nancy Elisabeth, des poètes comme Langston Hughes ou des romanciers comme Claude McKay, et trouvent à Paris le lieu idéal pour prolonger la Renaissance de Harlem, appréciant une société plus libérale et l’absence de ségrégation25.

  • Joséphine Baker dansant le charleston aux Folies Bergère à Paris lors de la Revue nègre en 1926
    (photo de Waléry).
  • Joséphine Baker en costume burlesque dans La Revue des Revues en 1927
    (photo de Waléry).
  • Joséphine Baker croquée par Pierre Payen.
  • Fichier:Aankomst Josephine Baker-524881.ogvArrivée de Joséphine Baker à la Haye en 1928.

Magie noire

Joséphine Baker en 1930 (photo de Paul Nadar).

À cette époque elle aurait inspiré à Paul Morand une des huit nouvelles de Magie Noire (1928), celle qui met en scène la danseuse afro-américaine Congo, initiée aux pratiques vaudoues dans le Harlem des années 1920 ; dans cet ouvrage marqué par le fantastique et l’érotisme, l’écrivain rend hommage au génie de la culture noire, au moment où « l’art nègre » fait fureur dans certains milieux artistiques et mondains.

De la chanson J’ai deux amours à la Seconde Guerre mondiale

Joséphine Baker et son guépard au Casino de Paris
(affiche de Louis Gaudin, 1930).

Henri Varna, directeur du Casino de Paris par l’intermédiaire de son imprésario Émile Audiffred, l’engage pour mener la revue de la saison 1930-1931 et lui achète un guépard, nommé Chiquita28. En 1931, elle remporte un succès inoubliable avec la chanson J’ai deux amours composée par Vincent Scotto29.

Quelques rôles lui sont proposés au cinéma par des cinéastes, tel Marc Allégret. Elle tourne ensuite dans deux films qui lui sont consacrés et dont Abattino écrit le scénario : Zouzou avec Jean GabinYvette Lebon, puis Illa Meery qui sera un temps la maîtresse du chef de la Gestapo française Henri Lafont, et la fameuse chanson Fifine (composée par Vincent Scotto, Henri Varna et Émile Audiffred) puis Princesse Tam Tam qui ne rencontrent pas le succès espéré. Sur les planches du music-hall, en revanche, elle rassemble un plus large public en chantant et en dansant même le tango Voluptuosa de José Padilla.

En octobre 1935, elle s’embarque à bord du paquebot Normandie pour une tournée d’un an aux États-Unis. Elle n’y rencontre pas la réussite escomptée. L’Amérique est sceptique et certains lui reprochent de parler parfois en français, ou en anglais avec un accent français. Pepito et Joséphine Baker se séparent après l’échec de ces Ziegfeld Follies.

Elle rentre en France en mai 1936, à nouveau à bord du Normandie, où elle se fait beaucoup d’amis. Elle acquiert la nationalité française29 en épousant, le 30 novembre 1937 à Crèvecœur-le-Grand, le jeune courtier en sucre Jean Lion30,16 (la société Jean Lion et Compagnie existe encore), Giuseppe Abattino étant mort d’un cancer à l’automne 1936. Jean Lion est juif, et aura à souffrir des persécutions antisémites. En 1937, le nouveau couple s’installe au château des Milandes à Castelnaud-Fayrac (aujourd’hui Castelnaud-la-Chapelle) en Dordogne. Elle surnomme la demeure son « château de la Belle au Bois dormant ». Elle reprend les tournées organisées par Émile Audiffred sous le label Audiffred & Marouani[réf. nécessaire].

Au service de la France libre

Joséphine Baker en 1939.

Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, Joséphine Baker met son talent musical à contribution en chantant pour les soldats alors au front. En septembre 1939, elle devient un agent du contre-espionnage français, traité par Jacques Abtey (chef du contre-espionnage militaire à Paris). À cet effet, elle fréquente la haute société parisienne, puis se mobilise pour la Croix-Rouge31,32. Après la bataille de France, elle s’engage le 24 novembre 1940 dans les services secrets de la France libre, toujours via le commandant Abtey, qui reste son officier traitant jusqu’à la Libération33, en France puis en Afrique du Nord où elle est sous la protection de Si Ahmed Belbachir Haskouri, chef du cabinet khalifien (du vice-roi) du Maroc espagnol32,34. Joséphine Baker arrive à Marseille pour des galas en 1941 avec l’aide d’Émile Audiffred, qui l’envoie en Afrique du nord retrouver les frères Marouani. Elle s’installe au Maroc entre 1941 et 1944, elle soutient les troupes alliées et américaines et se lance dans une longue tournée en jeep, de Marrakech au Caire, puis au Moyen-Orient, de Beyrouth à Damas, y glanant toutes les informations qu’elle peut auprès des officiels qu’elle rencontre35.Joséphine Baker en 1948.

Elle s’acquitte durant la guerre de missions importantes, et reste connue pour avoir utilisé ses partitions musicales pour dissimuler des messages. Lors de sa première mission à destination de Lisbonne, elle cache dans son soutien-gorge un microfilm contenant une liste d’espions nazis, qu’elle remet à des agents britanniques36. Engagée dans les forces féminines de l’Armée de l’air et nommée sous-lieutenant, elle débarque à Marseille en octobre 194433,16.

À la Libération, elle poursuit ses activités pour la Croix-Rouge, et chante pour les soldats et résistants près du front, suivant avec ses musiciens la progression de la 1re armée française33. Ses activités durant la guerre lui vaudront, après les hostilités, la médaille de la Résistance française avec rosette (par décret du 5 octobre 1946) 37 et, le 19 août 1961, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur et la croix de guerre 1939-1945 avec palme qu’elle reçoit des mains du général Martial Valin38.

Ambassadrice de la haute couture française

Joséphine Baker est l’une des premières ambassadrices de la haute couture française, « spécialement après la Seconde Guerre mondiale. La France était très pauvre, il n’y avait donc pas beaucoup d’argent pour promouvoir la haute couture française. Cependant, Joséphine Baker était une très bonne amie de Christian Dior et de Pierre Balmain et ils adoraient l’habiller. Revenue des États-Unis en 1949-1950, Joséphine a porté — dans un spectacle, sur scène — ces robes fabuleuses »39.

Rêve d’une fraternité universelle

Joséphine Baker en 1961 au Château des Milandes.

Après une grossesse à l’issue de laquelle Joséphine Baker accouche d’un enfant mort-né, elle contracte une grave infection post-partum et doit subir une hystérectomie à Casablanca en 194140.

Avec Jo Bouillon, qu’elle épouse en 1947, elle achète le château des Milandes en Dordogne qu’elle loue depuis 1937 et où elle vivra jusqu’en 196941. Elle y accueille douze enfants de toutes origines42 qu’elle a adoptés et qu’elle appelle sa « tribu arc-en-ciel »43,44.

Séparée de Jo Bouillon en 1957 (le couple divorce en 1961), elle engloutit toute sa fortune dans le domaine des Milandes, où elle emploie un personnel nombreux, et doit multiplier les concerts pour poursuivre son œuvre[réf. nécessaire].

Cause des Afro-Américains

Elle retourne aux États-Unis en 1947 et 1951 pour tenter de renouer avec le succès. Elle y est victime de la ségrégation raciale, notamment lors de l’incident du Stork Club (en) le 16 octobre 1951 : alors qu’elle accuse le journaliste présent, Walter Winchell, de ne pas l’avoir défendue, ce dernier agacé décide de briser sa réputation, la traitant de communiste, d’ennemie du peuple noir45.

En 1955, elle amplifie en Europe la vague d’indignation soulevée par le meurtre (dans le comté de Tallahatchie, Mississippi, États-Unis) du jeune Afro-Américain Emmett Till, suivi de l’acquittement des deux assassins, puis de leurs aveux cyniques après le jugement, une fois assurés de l’impunité46. Joséphine Baker est initiée, le 6 mars 1960, au sein de la loge maçonnique « La Nouvelle Jérusalem » de la Grande Loge féminine de France47. En 1964, Joséphine retourne aux États-Unis pour soutenir le mouvement des droits civiques du pasteur Martin Luther King. Elle participe en 1963 à la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté organisée par Martin Luther King, lors de laquelle elle prononce un discours, vêtue de son ancien uniforme de l’Armée de l’air française et de ses médailles de résistante36,16. À cette époque, elle est engagée dans l’action de la Ligue internationale contre le racisme (LICA) qui devient la LICRA en 198048,36,16. Son rapprochement, en 1938, de la LICA traduit sa sensibilité au sort des Juifs, notamment son mari, confrontés à un antisémitisme croissant16.

Cuba

Josephine Baker à La Havane, Cuba en 1950, par Rudolf Suroch

En 1931, le poète Alejo Carpentier publie un article où il rend compte de l’influence de la rumba cubaine sur les chansons de Joséphine Baker. Lors de ses tournées en Amérique latine, la chanteuse se produit à Cuba en 1950, en janvier 1951 puis en janvier 1952 mais lors de cette dernière date, elle est confrontée au racisme quand on lui refuse une chambre à l’hôtel Nacional. Deux mois plus tard, Fulgencio Batista revient au pouvoir par un coup d’État. Joséphine Baker s’était alors engagée à créer une organisation en Amérique latine contre le racisme : proche du couple présidentiel argentin, Juan et Eva Perón, elle ouvre une antenne à Buenos Aires et cherche à essaimer dans le sous-continent, notamment à Cuba. Elle est reçue par Batista, mais celui-ci, mis en garde par le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la mafia, la traite avec mépris. Le fait que des militants anti-Batista assistent à ses shows n’aide pas sa situation. Le 13 février 1953, alors qu’elle est de nouveau en tournée à La Havane, se tient une manifestation étudiante sur le Malecón, violemment réprimée par le régime, et un jeune homme est tué. Sa dépouille est déposée dans le grand amphithéâtre de l’université et Joséphine s’y rend, afin d’assister à la veillée funèbre. Le lendemain, le corps est emmené au cimetière lors d’un défilé de plusieurs dizaines de milliers de manifestants, conduit par Fidel Castro. Joséphine Baker aurait ensuite décidé d’offrir les bénéfices d’un concert au parti castriste. Le 18 février, elle est arrêtée par les services de renseignement militaires de Batista, interrogée et finalement relâchée grâce à des diplomates français. Questionnée sur son prétendu communisme, elle nie, même si le FBI indique qu’elle s’était produite pour la SFIO pendant le Front populaire et qu’elle avait effectué une tournée en URSS en 1936. Si elle finit sa tournée le même mois au Teatro Campoamor, elle promet de ne plus revenir à Cuba tant que le régime de Batista ne sera pas tombé36.

De décembre 1965 à janvier 1966, elle est invitée à Cuba par Castro, qui a pris le pouvoir quelques années plus tôt. D’autres personnalités sont présentes, comme les écrivains Alberto Moravia et Mario Vargas Llosa et le couple Régis Debray et Elizabeth Burgos. Il se tient alors à La Havane un évènement d’importance, un rassemblement de dirigeants du Tiers monde (d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine), la Conférence tricontinentale, qui vise à émanciper ces pays des sphères d’influence soviétique et chinoise. Le FBI de Hoover, qui dispose d’un dossier sur Joséphine Baker à cause de son soutien aux Afro-Américains49, pourrait avoir pensé qu’elle y était l’envoyée du général de Gaulle, dans un contexte où la France envisage de faire sortir son pays de l’OTAN. De même, le contre-espionnage cubain cultive des doutes. En réalité, sa présence est, elle l’affirme, la poursuite de ses engagements antiracistes. Elle déclare ainsi dans une interview au quotidien Granma : « La Tricontinentale, c’est formidable avec ces gens de tous les pays, toutes les langues, toutes les couleurs. C’est une chance inouïe d’avoir un public pareil. Toute la race humaine réunie en une seule famille ». Avant le début de la conférence, elle rencontre Fidel Castro, et le met en garde sur le fait qu’on va essayer de l’assassiner50. On ne sait pas de qui elle tient cette information mais il est à noter qu’au même moment, des réseaux anti-Castro et des tentatives d’attentats sont neutralisés. Elle se fait remarquer pour son enthousiasme politique, chantant au siège de la délégation du Nord-Vietnam, se faisant acclamer place de la Révolution et jouant au Teatro Garcia Lorca devant Castro. L’une de ses prestations est même diffusée en direct à la télévision cubaine et elle enregistre un disque. Avant son départ, Castro l’invite à se rendre à la baie des Cochons, où un débarquement soutenu par les États-Unis avait échoué en 1961. Devant les journalistes, elle déclare : « Je suis heureuse d’avoir été le témoin du premier grand échec de l’impérialisme américain ! »36.

Elle quitte l’île à la fin du mois, mais promet de revenir en juillet, invitée par Castro à y passer ses vacances avec ses enfants. Victime de problèmes de santé à l’intestin, elle est hospitalisée à son retour à l’hôpital américain de Paris. De Gaulle lui envoie une immense gerbe de fleurs. L’été, elle retourne donc à Cuba et retrouve le Lider Maximo. On lui remet un brevet de lieutenant des forces armées révolutionnaires cubaines. En 1967, après la mort de Che Guevara, elle écrit une lettre de condoléance à Castro36.

Années difficiles

Salvatore AdamoLou van Rees(nl) et — en costume de scène — Joséphine Baker au Grand Gala du disque(nl), le 4 octobre 1964, au Concertgebouw à Amsterdam.Le 10 septembre 1969 à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.

En juin 1964, Joséphine Baker, criblée de dettes et harcelée par le fisc[non neutre], lance un appel pour sauver sa propriété de Dordogne, où vivent ses enfants ; la mise en vente aux enchères du château est annoncée51.

Émue et bouleversée par sa détresse, Brigitte Bardot participe immédiatement dans les médias au sauvetage, et envoie un chèque important à cette collègue qu’elle ne connaissait pourtant pas directement52,53. Cependant le château est finalement vendu pour un dixième de sa valeur en 1968. Faisant jouer la loi française[Quoi ?], après avoir dû vivre dans la seule cuisine du château, et même passer une nuit dehors devant la porte, elle obtient néanmoins un sursis qui lui permet de rester dans les lieux, jusqu’au 15 mars 1969.

Jean-Claude Brialy la prend sous son aile et l’accueille dans son cabaret La Goulue pour se produire régulièrement à Paris. À la suite de son expulsion violente des Milandes[Comment ?], elle est hospitalisée un temps mais trouve rapidement les forces nécessaires pour assurer le spectacle. Le lundi, son jour de relâche, Joséphine parcourt l’Europe en solitaire pour aller honorer des engagements à Bruxelles, Copenhague, Amsterdam ou Berlin.

Alors que Joséphine Baker est pratiquement ruinée, la princesse Grace de Monaco, amie de la chanteuse d’origine américaine et artiste comme elle, lui offre alors un logement à Roquebrune pour le reste de sa vie et l’invite à Monaco pour des spectacles de charité54,16. Aidée aussi par la Croix Rouge, Joséphine Baker remonte sur la scène parisienne de l’Olympia, en 1968, puis à Belgrade en 1973, au Carnegie Hall en 1973, au Royal Variety Performance, au Palladium de Londres en 1974. À Paris, elle est au Gala du cirque en 1974.

Lors de Mai 68, elle participe dans la tête de cortège à la grande manifestation de soutien à De Gaulle sur l’avenue des Champs-Élysées36.

Le 24 mars 1975, pour célébrer ses cinquante ans de carrière, elle inaugure la rétrospective Joséphine à Bobino, dont le prince Rainier III et la princesse Grace figurent parmi les mécènes. Dans la salle se trouvaient entre autres Alain de Boissieu, gendre de Charles de GaulleSophia LorenMick JaggerMireille DarcAlain DelonJeanne MoreauTino RossiPierre Balmain et la princesse Grace de Monaco, invitée d’honneur. Le spectacle, pour lequel toutes les places avaient été vendues des semaines à l’avance, ne recueillit pratiquement que des critiques extasiées. Après le spectacle, deux cent cinquante personnes étaient invitées à souper au Bristol.

Elle retrouve son appartement parisien le 9 avril 1975 alors que le rideau vient de tomber devant une salle enthousiaste pour sa quatorzième représentation55. Le lendemain matin, 10 avril, Joséphine Baker, victime d’une attaque cérébrale (hémorragie) est transportée dans un coma profond à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où elle meurt, le 12 avril, à 68 ans56.

Elle reçoit les honneurs militaires et des funérailles catholiques57 sont célébrées le 15 avril 1975 à l’église de la Madeleine, à Paris. Après des obsèques le 19 avril 1975 à l’église Saint-Charles de Monte-Carlo, elle est enterrée au cimetière de Monaco58,59,60,61. Le 30 novembre 2021 Joséphine Baker sera la première femme noire à faire son entrée au Panthéon ; toutefois, son corps restera à Monaco62.

Artiste

Bien qu’initialement Joséphine Baker ait été perçue comme une sensation exotique, une charmante afro-américaine au déhanchement incroyable63, elle a su se forger une solide réputation dans les hautes sphères de la société parisienne, pour qui elle en vint à incarner le personnage d’une Vénus d’ébène64. Elle a su intelligemment se servir de cette image et la manipuler à sa guise, façonnant elle-même son personnage public synonyme d’émancipation, symbolisant toute forme de liberté (du swing jusqu’aux droits civiques, en passant par la lutte contre le fascisme), et ne définissant sa destinée qu’à sa façon65.

Jean-Gabriel Domergue la peignit nue dans un tableau (1936)66 qui passa en vente publique à Lille le 28 mars 199967.

Contrairement à son pays d’origine, les États-Unis, où la ségrégation raciale a contrarié ses ambitions artistiques, Joséphine Baker a bénéficié, en France, d’une négrophilie ancienne et répandue durant l’entre-deux-guerres68. Dans ses prestations scéniques, elle a projeté un imaginaire colonial dans lequel le corps de la femme noire est érotisé, conformément aux stéréotypes raciaux européens de l’époque. À l’exotisme, attendu par son public et dont elle a assumé la promotion, la danseuse a cependant ajouté des facéties, dans la lignée de ses prédécesseurs Miss Lala, une artiste de cirque, et le clown Chocolat68. Restituant dans ses danses les qualités supposées propres aux peuples dits « primitifs », tout en tournant en dérision un symbole raciste comme la banane, la « première icône noire » a construit une personnalité ambivalente, qui a ravi un public aux attentes pétries de clichés racialistes et déplu à une intelligentsia qui lui a reproché, telle l’intellectuelle noire Paulette Nardal, de conforter les poncifs raciaux essentialisant la femme noire68.

Vie amoureuse

Joséphine Baker en 1940 (photo studio Harcourt).Signature de Joséphine Baker (dossier de naturalisation par mariage)Joséphine Baker photographiée par Carl Van Vechten en 1949.

Mariée cinq fois28, la vie amoureuse de Joséphine Baker fut cependant assez tumultueuse. Parmi les différents « hommes de sa vie », on peut évoquer :

  • Willie Wells : 1919-1920 (séparation). Elle se marie, à treize ans, avec cet ouvrier fondeur et travaille comme serveuse. Leur union se termine avec la bouteille que Joséphine lui fracasse sur la tête.
  • William Howard Baker : 1921-1923 (séparation). Suivant dans le nord des États-Unis la troupe des « Dixie Steppers », elle épouse, à quinze ans, William Baker, garçon chez Pullman, à Philadelphie. Elle le quitte pour partir à Paris, conservant son nom qui passe ainsi à la postérité.
  • Giuseppe (dit « Pepito ») Abattino : 1926-1936. L’union entre l’actrice et ce tailleur de pierre italien se prétendant comte n’a jamais eu de fondement légal. Il organise pour elle une tournée mondiale qui débute en mars 1928. AutricheHongrieYougoslavieDanemarkRoumanieTchécoslovaquieAllemagnePays-BasArgentineChiliUruguayBrésil : partout, son passage suscite la controverse, aiguisant sa popularité et contribuant fortement à la vente de ses disques et de ses Mémoires. L’échec des Ziegfeld Follies précipite leur rupture.
  • En 1929, sur le bateau qui les ramenait du Brésil, l’architecte Le Corbusier eut un coup de foudre pour Joséphine Baker. Il reste de leur rencontre des dessins de Joséphine réalisés par l’architecte, encore célibataire à cette date, mais il semble bien qu’une éventuelle liaison reste du domaine de la légende.
  • Jean Lion : 1937-1940 (divorce). En épousant le 30 novembre 1937 à Crèvecœur-le-Grand, ce jeune courtier juif de vingt-sept ans qui a fait fortune dans le sucre raffiné, Joséphine reçoit la nationalité française.
  • Jo Bouillon : 1947-1961 (séparation en 1957, divorce en 1961). Ce chef d’orchestre originaire de Montpellier accompagne GeorgiusMistinguettMaurice Chevalier et Joséphine à Paris et en tournée. Elle vit avec lui aux Milandes. Elle subit à ses côtés une fausse couche très violente. Alors, ils forment et réalisent ensemble leur projet d’adopter des enfants de nationalités différentes, afin de prouver que la cohabitation de « races » différentes peut fonctionner69. Finalement, ils adoptent douze enfants, qui deviendront sa « tribu arc-en-ciel »70,16.
  • Robert Brady : 1973-1974. Elle fait la connaissance de cet artiste et collectionneur d’art américain durant un de ses séjours aux États-Unis. Vu les échecs de ses quatre mariages précédents, ils décident d’échanger leurs vœux de mariage dans une église vide à AcapulcoMexique, mais se séparent un an plus tard.

Joséphine Baker était bisexuelle70,71,72. Mariée à plusieurs hommes, elle a également eu des relations amoureuses avec des femmes tout au long de sa vie d’adulte71. Elle n’a cependant jamais révélé au grand public cet aspect de sa personnalité71. Parmi ses amantes célèbres figurent l’écrivaine française Colette71 ou encore Frida Kahlo73Jean-Claude Baker (en), l’un de ses enfants, mentionne dans sa biographie de sa mère six de ses amantes qu’elle a toutes rencontrées au cours de ses premières années sur scène aux États-Unis : Clara Smith, Evelyn Sheppard, Bessie Allison et Mildred Smallwood, sa compatriote afro-américaine expatriée Bricktop et la romancière française Colette après son déménagement à Paris74.

Malgré sa propre bisexualité et son engagement contre le racisme (notamment avec sa participation à certaines actions du mouvement afro-américain des droits civiques70), elle a fait preuve d’homophobie71 en chassant de son foyer un de ses fils, Jarry Bouillon Baker, pour l’envoyer chez son père parce qu’il était homosexuel70. Selon celui-ci, elle craignait qu’il ne « contamine » ses frères70.

Filmographie

Opérettes et comédies musicales

Chansons

Sur scène à Oran en 1943.

  • 1930 : J’ai deux amours, paroles de Géo Koger et Henri Varna sur une musique de Vincent Scotto. En écoutant attentivement les enregistrements de l’époque, on se rend compte qu’elle modifia le premier vers du refrain de sa chanson fétiche (« J’ai deux amours, mon pays et Paris… »), qui devint après la guerre « J’ai deux amours, mon pays, c’est Paris… »
    C’est la chanson de Joséphine Baker, et jusqu’à la fin de sa vie, lorsqu’elle pénètre sur une scène, un plateau de télévision ou même dans un restaurant ou une boîte de nuit, l’orchestre s’arrête et se met à jouer invariablement les premières mesures du thème de cette chanson. Une scène de ce type est reprise dans le film La Rumba, la chanteuse Vivian Reed (en), jouant le rôle de Joséphine Baker.
  • 1930 : La Petite Tonkinoise, adaptation de la chanson créée par Polin en 1906, paroles de Georges Villard, musique d’Henri Christiné et Vincent Scotto.
  • 1934 : C’est lui, tirée du film Zouzou.
  • 1934 : Haïti, tirée du film Zouzou. Musique : Vincent Scotto, auteur : Émile Audiffred
  • 1935 : Sous le ciel d’Afrique, paroles d’André de Badet et musique de Jacques Dallin, tirée du film Princesse Tam Tam, avec les Comedian Harmonists.
  • Et aussi : Dis-moi Joséphine (adaptation française par Marc Cab77Léo Lelièvre et Henri Varna de la chanson hongroise Gyere Josephine, paroles de Laszlo Szilagyi et musique de Zerkovitz Bela), Chant d’amour de TahitiDoudouMon cœur est un oiseau des îlesNuit d’AlgerSans amourBye Bye BlackbirdDans mon villageC’est si facile de vous aimerParis…ParisDe temps en tempsVous faites partie de moi (I’ve Got You Under My Skin), C’est un nid charmantSi j’étais blancheParlez-moi d’amourSur deux notesJ’attendrai , La conga blicotiChiquita MadameSérénade CélesteDonnez-moi la mainParis, mes amoursBésame muchoYou’re driving me crazyVoulez-vous de la canne à sucre ?Mayari, Madiana, etc[réf. nécessaire].

Hommages

Dans les arts

2017-fr.wp-orange-source.svg

afficherCette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2021)

  • Alexander Calder réalise vers 1928 une œuvre en fil de fer la représentant, Joséphine Baker IV, exposée au Centre Pompidou à Paris78.
  • L’auteur-compositeur-interprète britannique et francophile Bill Pritchard rend hommage à Joséphine Baker dans deux de ses chansons : The Invisible State (1986) et Sheltered Life (1987), notamment pour son combat contre le racisme aux États-Unis et pour avoir courageusement assumé sa vie de femme libérée, bien en avance sur son temps.
  • Le chanteur-auteur-compositeur italo-belge Salvatore Adamo rend hommage à Joséphine Baker dans la chanson Noël sur les Milandes (album Petit Bonheur, 1970)79.
  • Le 3 juin 2006, pour célébrer le centenaire de sa naissance, une statue en bronze est inaugurée en bas du château des Milandes, à Castelnaud-la-Chapelle en Dordogne, en présence de son fils aîné Akio et de Sonia Rolland. Cette statue fut commandée par l’association Opération Joséphine à la sculptrice Chouski. Cette association voulait rendre hommage à trois aspects de la personnalité de Joséphine Baker : son action de résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, sa lutte contre le racisme, et l’adoption de ses douze enfants.
  • Juillet 2006 : au Festival d’Avignon, création d’un spectacle de Pierrette Dupoyet : Joséphine Baker, un pli pour vous… retraçant l’épisode douloureux de l’expulsion des Milandes80.
  • L’album Hommage à Joséphine réalisé par le DJ Cédric Gervais pour le centenaire de la naissance de Joséphine mélange musiques électroniques actuelles et sonorités d’époque, il a été produit par le label Ethnic music avec l’accord des enfants de Joséphine.
  • En 2007 et 2008, la comédie musicale Jo et Joséphine lui est consacrée. Dirigée par Jacques Pessis, les têtes d’affiches sont Grégori Baquet et Aurélie Konaté. Celle-ci est nommée pour le Marius de la meilleure interprétation féminine dans un rôle principal81,82.
  • Le film L’Autre Joséphine coécrit par Philip Judith-Gozlin et Brian Bouillon-Baker, fils de Joséphine Baker, réalisé par Philip Judith-Gozlin, est sorti en 2009, il a été produit par la société audiovisuelle Golda Production.
  • L’opérette Simenon et Joséphine, composée par Patrick Laviosa, prend le prétexte de la rencontre (réelle) de Joséphine Baker et de Georges Simenon pour retracer la carrière des deux personnages. Elle a été créée à l’Opéra de Liège et financée par la Région wallonne.
  • Joséphine Baker est un personnage récurrent de la série de bandes dessinées Odilon Verjus écrite par Yann Le Pennetier et dessinée par Laurent Verron. Elle apparaît dans les tomes 4, 6 et 783.
  • La belle agent Joé est un personnage récurrent de la série de bandes dessinées Les Brigades du temps écrite par Kris et dessinée par Bruno Duhamel. Outre son nom et son aspect physique qui en fait le sosie de Joséphine Baker, le personnage lui-même est l’un des meilleurs agents des Brigades du temps, référence indirecte au rôle historique joué par Joséphine Baker dans les services secrets durant la guerre.[réf. souhaitée]

Lieux

Place Joséphine-Baker à Paris, dans le 14e arrondissement.

Divers

En 2021, une des promotions d’élèves de l’ENA (tour extérieur et cycle d’intégration des officiers) choisit le nom de Joséphine Baker87.

Documentaire

En 2021, un documentaire-fiction, intitulé Joséphine Baker, la fleur au fusil, lui est consacré dans le cadre de l’émission Secrets d’Histoire, présentée par Stéphane Bern88. À cette occasion, le dernier costume de scène et sa coiffe (inédit) de l’actrice ont été exhumés du conservatoire de Monaco pour le tournage89.

Entrée au Panthéon

Reprenant une idée de Régis Debray90,16, une pétition « Osez Joséphine » lancée à l’initiative de l’essayiste Laurent Kupferman soutient l’entrée au Panthéon de cette « artiste, résistante, féministe et militante antiraciste »91,16. Elle rassemble 37 920 signatures92,93.

Le 22 août 2021, le journal Le Parisien annonce l’accord d’Emmanuel Macron pour son entrée au Panthéon, qui se déroulera le 30 novembre93,94, jour anniversaire de sa naturalisation française, 84 ans auparavant (en 1937)95.

Décorations



Par Sylvie Perault :

Un article de Libération pour lequel j’ai eu le plaisir d’être interviewée en tant qu’ancienne girl et actuellement chercheur.

Article construit sur la base de “danseuses noires, analyse et permanence d’un stéréotype au music-hall” que j’ai écrit pour le CNRS.Très fière. J’ai du attendre un peu car réservé aux abonnés…Danse«La Revue nègre»: Joséphine Baker et le pouvoir de la grimace Poussée à danser seins nus à son arrivée à Paris, l’artiste parvient par son espièglerie à se jouer des clichés racistes et à désamorcer l’érotisation du corps noir, tout en piochant avec brio dans des figures du jazz alors inconnues en Europe.

Josephine Baker (1906-1975), artiste de music-hall américaine dansant avec sa ceinture de bananes dans la Revue “Folie du jour”. Paris, 1926-1927. ((c) Lucien WalÈry / Roger-Violl/(c) Lucien WalÈry / Roger-Violl)par Ève Beauvallet publié le 26 novembre 2021 à 20h31 La ceinture de bananes. La danse de la poule. Les yeux qui roulent. Et après ? Etrange : on connaît si mal les danses de Joséphine Baker alors que ce sont elles, sans doute, qui racontent le mieux la circulation interculturelle de l’époque, les fantasmes coloniaux d’alors et l’infime espace laissé aux artistes pour les subvertir.

Quand la danseuse américaine débarque à Paris en 1925, les spectateurs français sont en plein exotismomania. Depuis 1889, en effet, le public se presse lors des expositions universelles pour découvrir diverses «danses exotiques», souvent présentées dans des dispositifs de «zoos humains». On se bouscule pour voir danser les «indigènes» parce que la danse, alors, est vue comme l’élément le plus flagrant des différences culturelles.

A peine quelques décennies plus tôt, la valse était encore scandaleuse et voilà que l’on s’emballe pour les danses du ventre, danses de Java, d’Asie, entraîné par des milieux artistiques – Picasso et Cocteau en tête – qui, à partir de l’immédiat après-guerre, n’ont que les arts dits «primitifs» et les «folies nègres» à la bouche.

A l’avant-garde de ces milieux artistiques, Rolf de Maré. Tout nouveau propriétaire du Théâtre des Champs-Elysées, le producteur rêve alors d’un show qui incarne et impulse l’émancipation corporelle des «Années folles». Et qui de mieux que les noirs, se dit-il alors, pour cristalliser tout ça, avec leurs corps «spontanés», soumis aux rythmes, non-aliénés par la civilisation, proches de la nature et de ses instincts primaires ? Problème : par «noir», Rolf de Maré pense «Afrique».

Or, avec la Revue nègre, spectacle qu’il achète sans l’avoir vu en 1925, il se retrouve avec des Afro-Américains. Panique : «Pas assez nègre !» s’écria-t-il en découvrant la troupe. Heureusement, il y a cette jeune danseuse, là, qu’on pourrait faire danser seins nus avec un collier de plumes. Joséphine Baker refuse. Et, très vite, se ravise. «A ce moment-là, observe Sylvie Perault, chercheuse et ex-danseuse de music-hall, elle accepte d’être érotisée, mais trouve le moyen de désamorcer la charge sexuelle en poussant à l’extrême ses grimaces.» Et en remixant à très grande vitesse un répertoire de danses métissées alors inconnues en Europe.Renvoyer les stéréotypes à l’envoyeur

Trois ans auparavant, elle dansait aux Etats-Unis dans Shuffle Along, la première revue «noire» destinée à un public mixte et qui restera pour longtemps le modèle de la comédie musicale américaine. C’est grâce à ses talents comiques qu’elle fut choisie pour participer à la Revue nègre, et c’est son art du détournement qui sauvera finalement la troupe aux Champs-Elysées. La danseuse et chorégraphe Raphaëlle Delaunay a passé du temps sur YouTube à analyser les archives de Baker, fascinée par son «espièglerie», sa façon «de renvoyer les stéréotypes à l’envoyeur».

«A première vue, dit-elle, elle semble gesticuler en totale improvisation.» Pourtant, les mouvements de Baker témoignent d’une grande connaissance des figures du jazz, des «danses animalières» qui font fureur alors aux Etats-Unis («trot de la dinde», «glissade du singe», etc.) mais aussi d’une diversité de danses de rue ou de club afro-américaines, vernaculaires et trop peu documentées, qu’elle remixe à la sauce clown. «Aujourd’hui, sa danse parle beaucoup, entre autres, aux danseurs de hip-hop, explique-t-elle. D’une part parce qu’il y a beaucoup de passages au sol (très avant-gardiste à l’époque), beaucoup de bassin comme dans le twerk, et parce que sa danse est très graphique, elle isole des parties du corps, avec des lignes, des angles cassés, des coudes.

C’est presque de la breakdance avant l’heure et ça résonne aussi avec la modernité artistique des années 20, qui pense, conçoit et peint le corps de manière fragmentée.»Ainsi, Joséphine Baker parvint à évoquer, avance Sylvie Perault, «une Afrique imaginaire suffisamment occidentalisée pour être vue, comprise et admirée. Elle a pu avoir cette carrière parce que sa danse n’était pas trop “africaine” – les danses d’Afrique de l’Ouest sont beaucoup plus dans le sol, par exemple, alors que les danses afro restent plus verticales». Malheureusement, de Joséphine Baker, le music-hall retiendra surtout la «femme sauvage» – elle fut la première à l’être sur scène – imposant à sa suite la norme suivante : «Il y aura pendant des décennies, quelque part sur scène, une femme typée déguisée en félin, qui évolue dans une cage ou dans des cordes et qu’il faudra toujours “capturer”.»

L’acolyte masculin de Joséphine Baker aux Folies Bergère, le Franco-Sénégalais Féral Benga est quant à lui tombé dans les oubliettes de l’histoire après avoir été la coqueluche du Paris des années 1930. Tous les soirs, il jouait les travestis et devint «l’affreux nègre» qui «singeait remarquablement Miss Baker», écrivait le Nouveau Siècle en 1926. Dans la Revue de Chaillot, l’historien Pascal Blanchard lui consacre un passionnant portrait.

Sylvie Perault