Pierre Okley

Pierre Okley (de son vrai nom Pierre Gilardeau), né à Nantes le 29 novembre 1929 et mort à Guérande le 26 octobre 2007, est un affichiste français, spécialisé dans le dessin de pin-up.

BiographiePierre Okley fait sa carrière à Paris où il a son logement dans le 20e arrondissement.
Les plus célèbres de ses affiches ont été réalisées pour le Moulin-Rouge, le Lido, le Châtelet, Mogador et les Folies Bergère, ainsi que Holiday on Ice de 1965 à 1986. Il représente parfois sa propre femme dans ses projets d’affiches.


Il fait partie, avec René Gruau, Brenot et Aslan des grands affichistes des années 1950 à 1970 spécialisés dans la représentation de femmes et plus particulièrement de pin-ups (parmi ses nombreux amis a noté the peters sisters, Dalida, Albert de Smet qui lui consacras un article dans paris montmartre). Okley était célèbre pour sa gentillesse et sa simplicité.


Carrière au cinéma

Pierre Okley est l’affichiste spécialiste des pin-up et du corps féminin, qu’il met en scène dans nombre de ses créations, tout particulièrement à la fin des années 1950.Ses affiches pour la publicité, les théâtres (Mogador, Châtelet), les salles de spectacle, empreints d’un érotisme courtois, ne peuvent qu’attirer la production cinématographique. Sa carrière pour le cinéma concerne essentiellement des films des années 1960. Spécialisé dans les portraits féminins, il en représente sur ses affiches, comme celle du film Les Vierges (Jean-Pierre Mocky, 1963). Notable exception, Un taxi pour Tobrouk (Denys de La Patellière, 1960), qui ne met en scène que des hommes. Commandée par Gaumont, l’affiche reproduit fidèlement les traits des trois protagonistes Lino Ventura, Charles Aznavour et Hardy Kruger.

Okley a réalisé une annonce publicitaire pour Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963), représentant Brigitte Bardot nue, allongée sur le ventre, les fesses couvertes seulement d’un livre ouvert. Il existe une affiche italienne, Il Disprezzo, 140 x 100 cm, qui reprend ce dessin mais en plus pudique : elle montre une “BB” vêtue d’un bikini. Schlock (premier film de John Landis, 1973) est l’une des dernières affiches de Pierre Okley pour le cinéma. Celle-ci montre une femme blonde dénudée dans les bras d’un gorille qui rappelle King Kong. La censure est respectée : la belle amazone arbore un soutien-gorge aux couleurs américaines.


Ils sont peu nombreux les Nantais, quelques cinéphiles peut-être, qui peuvent vous parler en connaissance de cause de Pierre Okley, de son vrai nom Pierre Gilardeau. Pourtant, l’homme est né à Nantes, le 29 novembre 1929. C’est aussi la ville qu’il a quittée alors qu’il avait à peine vingt-cinq ans et était encore un illustre inconnu.


Inconnu, le mot est peut-être sévère, surtout que ce passionné d’aviation et de dessin avait signé l’affiche du meeting aérien de Nantes en 1946 et remporté, devant 10 000 concurrents, le concours d’affiche organisé par la marque d’apéritifs Byrrh. C’est ce dernier succès qui va le décider à franchir le Rubicon, à se consacrer au dessin publicitaire.


Moulin Rouge, Folies Bergère, Casino de Paris…


D’autant que ses réalisations accrochent l’oeil et expliquent, mieux que de longs discours, pourquoi les publicitaires sont, à la fin des années cinquante, de plus en plus nombreux à lui confier des commandes, souvent pour de la lingerie féminine. C’est l’une d’elles qui le fera remarquer par la direction du cabaret La Nouvelle Ève, qui va lui confier la réalisation de l’affiche de sa nouvelle revue.


Son style, ses femmes aux longues jambes, vont faire de Pierre Okley l’illustrateur de référence des pin-up à la française : Le Moulin Rouge, Les Folies Bergère, Le Casino de Paris, Le Châtelet lui confient, à leur tour, la réalisation des affiches de leurs revues. Le cinéma lui fait les yeux doux, d’autant plus que son érotisme courtois ne choque pas. Bien évidemment, on lui demande d’illustrer des films où la femme est l’héroïne.


Lino Ventura moins sexy ?


Sur la douzaine dont il a réalisé les affiches une seule, celle d’Un taxi pour Tobrouk, fait des infidélités à la gent féminine, elle ne met en scène que des hommes. Bien que le film date de 1960, c’est la plus connue, pas seulement parce qu’elle représente Lino Ventura, Hardy Kruger et Charles Aznavour, les acteurs phares de ce film culte, mais du fait qu’elle résume toute l’histoire.


Toutes les autres illustrations, mêmes celles réalisées par Pierre Okley, pour les cirques Pinder, Bouglione ou Medrano, sont à la gloire de la femme. Ce que la ville de Toulouse a résumé, en 2001, dans une exposition : Okley, fou de femmes.


Autres activitésPierre Okley a réalisé de nombreuses affiches pour le théâtre du Châtelet, notamment lorsque celui-ci était spécialisé dans la production d’opérettes mettant en scène Luis Mariano ou Francis Lopez. Il est également l’auteur d’affiches pour les revues du Casino de Paris, des Folies Bergère, du Moulin Rouge, pour les cabarets L’Éléphant bleu ou La Nouvelle Ève. Il est enfin l’auteur de pochettes de disques pour Dalida, Marcel Merkès, Paulette Merval ou Annie Cordy.

GALERIE :